Venez discuter sur le FORUM ORTHOGESTION

mercredi 10 février 2010

Vive le risque - 2




J'ai expliqué dans mon dernier post tout le danger qu'il y avait à de prendre aucun risque quant à son avenir, en se bornant principalement à de l'assurance-vie sur des fonds en euros ; surtout quand on a la vie devant soi. J'ai conclu en vous parlant des deux jambes sur lesquelles nous devions nous appuyer pour avancer : l'immobilier et les valeurs mobilières (actions, obligations, matières premières).

J'ai souvent parlé ici des solutions diverses qui concernent l'immobilier, en insistant sur les méconnues SCPI et sur la location meublée, niche fiscale intéressante. Je vous laisse vous reporter aux articles déjà que j'ai déjà écrits sur ce sujet, pour me concentrer aujourd'hui sur la seconde jambe.

Vous avez sûrement lu que sur le très long terme, les actions offraient le meilleur rendement. C'est la vérité, malgré les 10 dernières années. Les deux krachs que nous avons vécus durant cette période ont de quoi refroidir les ardeurs. Ajoutons le rôle négatif attribué en permanence aux actionnaires dans les médias, et nous obtenons une aversion particulière des Français envers ce type de placement.

Pourtant, regardons les choses froidement, il y a quelques cartes à jouer à l'heure actuelle :
  • L'économie mondiale est en pleine évolution, avec des zones de croissance spectaculaire (Asie, Brésil).
  • Nous avons maintenant la possibilité d'investir dans ces zones, grâce à des fonds spécialisés (SICAV, FCP, trackers).
  • Certaines de nos entreprises de la bourse de Paris sont très tournées vers ces zones, donc leur cours progresse en même temps que le chiffre d'affaire qu'elles y réalisent.
  • Nous sortons d'un krach impressionnant. Il est raisonnable d'espérer que les années à venir verront les marchés boursiers progresser, quand la crise sera complètement derrière nous. On pourra considérer la crise comme finie quand le chômage aura baissé, ce qui soutiendra la consommation et donc la croissance des pays développés. La hausse de 2009 a été due en grande partie à un redressement des bénéfices des entreprise par compression de leurs dépenses, mais il faut maintenant des hausses de chiffre d'affaires.
  • Pour revenir aux pays émergents, leur développement exerce une pression sur les cours des matières premières (ex : pétrole, métaux, cacao). Nous avons aussi des outils financiers accessibles à tous, permettant d'investir sur ces actifs risqués.
  • Ceux qui craignent les actions ont aussi accès au monde des obligations (sorte de prêt qu'on accorde à une entreprise ou un Etat), moins risquées mais moins rentables à long terme. Je vous invite d'ailleurs à lire cet article très instructif sur la répartition entre actions et obligations : http://www.orientationfinance.com/accueil/detail.asp?IdC=64&IdD=3969
Je ne dis pas qu'il faut impérativement acheter des valeurs mobilières : on peut comprendre que les krachs successifs ou la stagnation du Japon donnent des sueurs froides. Mais à coup sûr, celui qui ne le fait pas, aura les meilleures chances de placer son argent sur des rendements faibles. Bien sûr, un tiens vaut mieux que deux tu l'auras. Néanmoins, saviez-vous que la CARPIMKO, notre sacro-sainte retraite par répartition, place une partie votre argent en bourse ? Cela donne à réfléchir, non ?

Le prochain article donnera des pistes concrètes pour se lancer.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

J'ai hâte !! Je débute et je suis très curieuse de tes propositions...

Guillaume a dit…

Excuse-moi de ménager le suspense : j'ai peu de temps pour écrire en ce moment, donc je ne rédige plus à la vitesse que je souhaiterais avoir :-(

Michel a dit…

Pour tes propositions, je te suggère le BX4, très à la mode ces jours-ci!

Guillaume a dit…

BX 4x4 ?

Ok je sors... Ah non, je suis ici chez moi !

Michel a dit…

:-D