Venez discuter sur le FORUM ORTHOGESTION

vendredi 11 octobre 2013

Un guide gratuit sur les SCPI



J'ai souvent vanté ici les mérites des SCPI. L'immobilier locatif reste l'un des moyens favoris des Français pour se créer une retraite, alors que la bourse les fait fuir (krachs à répétition, actionnaire souvent décrit comme une sangsue par les grands médias, etc...). Mais la vie de propriétaire n'est pas une sinécure, entre les appels pour un robinet fichu, la taxe foncière qui devient démentielle et surtout les locataires qui ne paient pas.

Les SCPI mutualisent le risque et apportent la tranquillité au quotidien : des milliers d'associés  achètent ensemble des biens et en confient la gestion à une société. Les locaux sont généralement des bureaux ou des locaux commerciaux. Quand ce sont des logements, le rendement s'avère très faible et il s'agit généralement de SCPI défiscalisantes (lois Malraux ou Duflot). Le cadeau fiscal compense alors la faiblesse des dividendes encaissés.

Dans les années 2000, les SCPI ont suivi une pente ascendante stupéfiante, comme l'ensemble de l'immobilier : le prix des parts et les dividendes ne cessaient d'enfler. La crise des subprimes a bien évidemment brisé cet élan, mais 6 ans après, nous n'avons toujours pas assisté à l'effondrement que les habituels Cassandre nous prédisaient. Les SCPI font le dos rond.

Rappelons enfin que ce placement permet de bénéficier de l'effet de levier du crédit, pour autant que la banque comprenne de quoi il s'agit et donne son aval. Notez que généralement, elle comprend mieux si la SCPI est gérée par... elle-même ;-)

Enfin, il est possible de défiscaliser les dividendes en achetant des parts de SCPI dans le cadre d'une assurance-vie. Mais dans ce cas, l'achat à crédit est impossible..

Pour ceux qui seraient intéressés par ce placement tranquille (mais à surveiller de temps en temps comme tout placement), un guide gratuit vient d'être publié par Mieux Vivre Votre Argent :

http://votreargent.lexpress.fr/immobilier/gratuit-telechargez-l-annuaire-2012-des-scpi_268865.html?xtor=EPR-55-[MVVA_Patrimoine]-20131011--16828677@265610815-20131011101135

Si vous ne voulez pas donner vos coordonnées, rien ne vous interdit de mettre ce que vous voulez et d'utiliser Yopmail.

5 commentaires:

Marlou a dit…

Merci pour l'info et le lien. J'ai quelques sous de côté, et maintenant que j'ai compris que l'idéal était de diversifier, j'essaie d'appliquer ce principe. Etant donné que j'ai déjà placé une partie dans les assurances vies, l'immobilier me paraît être une bonne solution. A voir, il faut que je m'y penche un peu plus sérieusement !
Marlou

Anonyme a dit…

bonjour,
ayant investi dans l'assurance vie et ayant qques scpi je me suis penchée sur la question des scpi et j'ai vu qu'il était quasi impossible de les revendre ...ou de récupérer sa mise lors d'une vente ..qu'en est-il - avez-vous des infos là-dessus ? effectivement les scpi rapportent mais il faut vraiment en acheter bcp pour que ce soit intéressant : j'ai 40 parts (valeur à l'achat : 300 euros la part je crois) de scpi (banque paris)et elles me rapportent actuellement 134 euros trimestriels ... soit 44 euros /mois environ (que je suis riche avec ça !!) .... et on paie des impôts dessus....et si on veut récupérer la mise ....c'est très compliqué.... vos avis m'intéressent car je me demandais si j'en achetais davantage pour avoir un peu plus de revenus à la retraite !! cordialement

Guillaume a dit…

Effectivement, on n'a rien sans rien : les SCPI rapportent généralement dans les 5%, actuellement, hors augmentation du prix de la part. Donc il faut avoir 100 000 € pour obtenir un dividende de 5 000 € par an (417 par mois). Quel que soit le placement, il faut de grosses sommes pour obtenir un revenu décent, à moins d'être le champion de la bourse...

Corollaire : il faut travailler à son maximum pour dégager des marges de manœuvre. C'est la rançon (et l'avantage) de l'exercice libéral.

Concernant la revente, il n'y a pas de problème actuellement avec les bonnes SCPI. Mon conseiller disait que les SCPI étaient un gros tas de fumier duquel émergeaient quelques belles plantes. Il avait raison. Immorente, par exemple, envoie rapidement le chèque à celui qui veut vendre. Un conseiller, qui ne cherchait pas à m'en vendre (il savait que j'en avais déjà), m'a parlé d'un mois de délai, en 2013.

Concernant les impôts, il faut réfléchir à l'idée de placer les parts dans une assurance-vie. On peut par exemple utiliser le levier du crédit pour capitaliser, puis revendre à la fin dudit crédit et placer en assurance-vie. C'est un calcul à faire, en fonction de sa tranche d'imposition et des frais occasionnés.

Mais d'une manière générale, si les choses étaient à refaire, je pense que je n'entrerais dans l'immobilier qu'à travers des parts de SCPI et de SIIC. Encore ce matin, je dois gérer un problème de condensation sur un Vélux. Le locatif en direct est une vraie plaie.

immobilier à la réunion a dit…

Merci pour l'info.
Mais est-ce que vous pouvez nous donner plus précisément quelles sont les réelles différences entre SCPI et SCI?

Bien à vous.

Guillaume a dit…

Un lien intéressant : http://www.la-difference-entre.com/difference.php?id=sci-scpi