Venez discuter sur le FORUM ORTHOGESTION

lundi 19 janvier 2015

Orthoscribe : 1 an sans comptes rendus à la maison !






Cela fait maintenant un an que j'utilise Orthoscribe, le générateur de comptes rendus de bilans orthophoniques. Ce logiciel, encensé par les uns et décrié par les autres, laisse difficilement indifférent. Retour sur 12 mois d'utilisation intensive.

Pour ceux qui ne l'auraient pas vu fonctionner, le logiciel se présente ainsi lors de son ouverture (cliquez sur les images pour les agrandir) :



Les icônes de gauche (Anamnèses, Tests, Modèles) permettent de personnaliser le logiciel selon ses envies. C'est loin d'être un carcan. Dans la partie Tests, on sélectionne ceux que l'on possède. Outre ceux qui sont proposés par défaut, il est possible d'en ajouter. Des collègues se sont attelés à cette tâche et ont gentiment diffusé sur Facebook les fichiers qu'ils ont ainsi créés, par exemple pour le test ECOSSE.

Quand on clique sur le bouton vert "Créer un dossier", on choisit s'il s'agit d'un bilan initial ou de renouvellement. Dans le second cas, le logiciel permet de chercher dans la liste des patients déjà enregistrés. Je n'ai pas encore trop exploré cette partie qui a récemment fait son apparition et qui a demandé un important travail aux développeurs.

L'anamnèse se présente de cette manière :







Ces 8 écrans peuvent être remplis par l'orthophoniste. Un questionnaire peut aussi être envoyé à la famille du patient avec un code d'accès, pour qu'elle le pré-remplisse en ligne. Quand c'est fait, un email est envoyé à l'orthophoniste, avec le questionnaire rempli. Un double-clic sur ce fichier ouvre Orthoscribe, qui intègre les données au dossier du patient. Lors de la génération du compte rendu, il utilisera toutes ces données pour compiler le texte de l'anamnèse (attention aux erreurs d'orthographe des patients). Pour l'instant, je ne me suis pas résolu à poser des questions aux patients avant de les connaître. Ceux qui le font apprécient le gain de temps lors de l'entretien : le tour d'horizon étant déjà effectué, cela leur permet d'insister sur les points qui méritent d'être approfondis.

Viennent ensuite le choix des tests utilisés et la saisie des données chiffrées. Pour la BALE et les 4 premiers Exalang (3 à 15 ans), les données quantitatives peuvent être directement importées. Il n'y a donc pas besoin de les saisir à la main.


Toutes ces étapes ne prennent que quelques minutes. C'est alors qu'arrive l'instant magique : vous cliquez sur "Créer le compte rendu" et vous vous retrouvez dans Word ou Open Office avec un texte et des graphiques agréables à regarder ! Il ne reste plus qu'à ajouter les informations qualitatives, le diagnostic et le projet thérapeutique.




D'une manière générale, ce logiciel m'a permis de regagner une qualité de vie que je n'avais pas connue depuis 1994. Je suis à jour dans mes comptes rendus. Et surtout, je les écris au cabinet, au lieu de ruiner mes soirées tout en me sentant coupable devant la pile de ceux qui restent à faire. Pour moi, le gain de temps se trouve dans la création de l'ossature, autour de laquelle je n'ai plus que la chair (le qualitatif) à mettre. Je peux même rédiger bribes par bribes, dès que j'ai quelques minutes : un patient en retard, un autre aux toilettes, etc. Parfois, en pratiquant de cette manière, un compte rendu me prend une demi-journée, mais il n'est plus à faire à la maison ! J'optimise donc les 12 heures passées au cabinet grâce à Orthoscribe.

Ce matin, j'ai communiqué quelques idées d'améliorations au sympathique Frédéric Boisselier, après 12 mois de progression du logiciel :

- Quand le logiciel reprend le titre d'une rubrique dans une phrase générée automatiquement, il faudrait retirer la majuscule (ex : "Assemblage"). On voit trop le copié-collé.
- Concernant le bilan de renouvellement, on n'a pas toujours les données du bilan initial dans Orthoscribe. J'aimerais que le logiciel me permette juste d'afficher "bilan de renouvellement" dans le titre, au lieu de me demander où se trouve le précédent bilan. C'était d'ailleurs le cas avant qu'Orthoscribe se mette à gérer le bilan de renouvellement.
- J'ai vraiment hâte que la neurologie soit gérée.
- J'aimerais que le Zareki et le dernier Exalang Lyfac soient mieux intégrés. Concernant Lyfac, une importation automatique comme celle des autres Exalang serait sympathique.

Si vous avez d'autres idées, l'équipe les écoutera : elle se montre très à l'écoute, depuis le début. C'est l'avantage des petites structures souples.

Orthoscribe, on aime ou on n'aime pas. Certains n'y voient aucun gain de temps. D'autres y voient le triomphe du chiffre sur le sens clinique. Moi, j'aime. J'ai donc décidé de souscrire une deuxième année. C'est comme tout outil : tout dépend de ce que nous en faisons. Si nous nous contentons d'envoyer au médecin l'ossature générée sans inclure de données qualitatives, nous ne méritons pas notre AMO 24. Mais si nous continuons à exercer pleinement notre métier, Orthoscribe peut nous rendre la vie plus belle. Même ma femme aime ce logiciel : elle ne passe plus deux soirs par semaine en ayant l'impression d'être célibataire.

Aucun commentaire: